05 juillet 2008

le monde est petit

Enfin, surtout le monde des spots touristiques du nicaragua, puisque qu on y croise et recroise toujours les meme gens, phenomene assez fascinant. Ainsi on pourrait trouver que certains lieux sont particulierement touristiques, mais non c est juste que les blancs s y concentrent. Et nous ben on a suivi, comme tout le monde.

Donc voila, au programme, apres san juan del sur, ometepe, l ile au double volcan ou en vrai il y a legerement plus de nuage que ca.

ometepe

Puis Granada et les 350 isletas, le truc a la mode au nica. Toute les familles riches en ont une, mais aussi quelques suisses et des ricains. L eau est plutot degueu autour, c est le seul endroit au monde ou on trouve des requins d eau douce et en plus il y a constamment des touristes en barques (dont nous) qui viennent perturber la tranquilite des lieux.

isla

Vient ensuite l incontournable passage a granada, ville coloniale (oui on peut dire ca pour beaucoup de villes en amerique centrale).

granaGranada_Nicaragua_Church

On arrive au moment ou sylvain, depasse par tant de decouvertes, d aventures et de depaysements, choisi de rentrer chez lui. Je continue donc ma route seul, avec pour objectif la cote caraibe et les delicieuses corn islands.

Corn_Islands_Nicaragua2

En verite, le tableau decrit sur la photo sera difficile a trouver en cette saison de pluies continuelles et diluviennes. Pour atteindre la cote, j ai d ailleurs tente un defi camion. J entends par la je me leve de bon matin, parce qu ici pour avancer et faire quelquechose, mieux vaut suivre le soleil (oui on est a l heure solaire, ca fait donc du 6h-18h). Donc pour mon trajet du jour, soit j attends trois heure un bateau qui remonte la riviere (enfin vue la largeur on peut sincerement parler de fleuve), soit trouver autre chose.

MapaNicaraguaRelieve1

Bon, ben j ai trouve autre chose, a savoir un camion avec une dizaine d ouvriers, des bidons d essence, des moteurs et des sacs de bouffe. Et c est parti pour un bout de piste (en rouge). Un bon bout de piste. Long. Et en mauvaise etat la piste, saison des pluies oblige. On s embourbera donc deux fois, une premiere fois on se sort a la main. Je me couvre de bout, les nicas sont contents car ils voient que j aide et moi je me sens super integre, mais un peu humide quand meme. La deuxieme fois y aura quand meme un camion en haut de la cote, sans quoi on passait vraiment pas. Au milieu de la route, un pont tres largement deborde par la riviere nous arrete. Pas de probleme, un tour de mini barque et hop on repart avec un autre camion de l autre cote (en vrai c est beaucoup plus lent). Et voila, j arrive sur la cote un truc comme 8h plus tard, et le temps est vraiment degueu. Qu est ce qu il faut pas faire pour avoir des trucs a raconter. D ailleurs les nicas du camion comprenaient vraiment pas ce que je foutais la, et j avoue qu en moi le doute s immiscait peu a peu.

Bon, pour les iles je laisse tomber, si je veux pas prendre un avion faut attendre une semaine le prochain bateau une fois la bas, et j ai peur de vite m ennuyer. Donc je repars, cette fois ci en bateau, j ai compris la lecon. Belle experience, une dizaine de personne dans une barque de 10 metre, propulsee a fond les ballons par un v6 de 200 chevaux sur les eaux plates du rio. Aux commandes, un metis local sorti de mad max avec son casque de moto et ses lunettes de plongee (oui il pleut toujours, nous les passagers on a une bache).

rioIndio

J arrive ainsi a Blue Field, ville peuplee de nicas bien differents de ceux que j ai vus et rencontres jusqu a maintenant, avec des allures de jamaicans et un language qui s apparente a de l anglais-creole. Marrant.

bluefields

Apres tout ca, retour a la capitale Managua pour quitter le pays, et voila que je trouve le moyen de perdre mon sac avec mon appareil et ma cle usb, ma precieuse methode assimil, et un peu de thune sous diverses monnaies tant qu a faire. Donc voila, je crois que la 4e perte de mes photos sera la derniere, il etait temps de mettre un terme a cette spirale. Par chance, j ai encore mon passeport et mes cartes de credit (et ma tete, alouette), je peux donc continuer ma route vers le nicaragua en passant une nuit au salvador (d ou j ecris). Merci a google image, et desole j avais vraiment des photos trop bien pour prouver la veracite de mes peripeties.

Posté par xavier_bzh à 03:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur le monde est petit

Nouveau commentaire